Chaque mercredi, je vous donne rendez-vous pour découvrir une  nouvelle règle du livre Les 50 règles d'or de l'éducation positive . Venez en discuter sur la page facebook!

Règle n°3: Prenez conscience qu'il est difficile d'être parent

Sur ce point, je crois que tout parent est au courant, alors cessons de culpabiliser

Oui, la mission de parent n'est pas de tout repos. On accumule fatigue, frustration, doutes, impuissance.... bon la liste est longue mais ça fait parti du jeu quand on a choisi ce rôle. Et on a le droit d'en avoir marre aussi.

Se faire une raison

En matière d'éducation, rien n'est jamais acquis, à chaque âge ses difficultés. Quand on pense avoir trouvé une parade à un problème donné, une autre difficulté se présente.

L'auteur cite de façon très pertinente Mandela:

"Que trouverons-nous derrière la montagne? D'autres montagnes !"

Ainsi va la vie de parent...

Accepter que l'aventure ne sera pas un long fleuve tranquille et qu'aucune situation ne sera pérenne nous éviterait donc bien des noeuds au cerveau. Le  chemin est compliqué pour tous, inutile donc de se flageller chaque fois qu'on n'a encore pas fait ce qu'il fallait.

 

Saisir les bulles de bonheur

Entre les montagne, on profite du paysage, du lac calme. On se réjouit des moments d'acalmies et on profite de ces temps éphémères où tout semble rouler.

Positiver. Et recommencer.

Je dois ou je choisi ?

L'auteur nous invite à faire les choses par choix et non par obligations pour que cela nous semble mois contraignant.

Cela signifie donc que dans notre liberté de choix, nous avons la possibilité de refuser. Alors, lire l'histoire du soir, je dois le faire ou je choisis de le faire car ça me fait plaisir/c'est important, etc?

Pour aller plus loin:

A chaque jour ses prodiges : être parent en pleine conscience écrit par le célèbre Jon Kabat Zinn et son épouse sage-femme. Jon Kabat Zinn est médecin et enseigne la pratique de la méditation de pleine conscience. Dans ce livre à deux voix, ces parents de grands enfants reviennent sur le chemin de leur parentalité pour nous partager avec authenticité et bienveillance leur expérience. Enfin un ouvrage qui nous parle de parentalité positive sans nous faire culpabiliser de ne pas être parfaits.

Publié dans Eduquer autrement
Chaque mercredi, je vous donne rendez-vous pour découvrir une  nouvelle règle du livre Les 50 règles d'or de l'éducation positive . Venez en discuter sur la page facebook!

Règle n°2: Bâtissez sur leurs  forces

Plutôt logique non? Pourtant l'auteur nous rappelle que de peur que nos enfants ne réussissent pas, nous faisons exactement l'inverse.

Ce n'est pas tellement étonnant car nous avons nous même été conditionnés ainsi, notre système éducatif reposant justement sur le pointage des lacunes et la sanction des erreurs (le stylo rouge et les notes restent un traumatisme pour beaucoup !). Voilà comment apprendre qu'une erreur est une faute (c'est grave) et qu'on est donc bête si on en fait.

De fait, de manière générale, on juge sur le négatif plutôt que le positif toute de la petite enfance à la vie active. Il n'y a qu'à voir quelles difficultés qu'on peut avoir à trouver emploi si nous n'avons pas le diplôme adéquate, quand bien même nous en aurions les compétences. Si nous n'avons pas réussi à obtenir le diplôme, alors on ne vaut rien.

Voilà ce qu'on laisse sournoisement passer comme message à nos enfants lorsque nous insistons sur leurs difficultés.

Sur l'exemple de la méthode du stylo vert, qui consiste à entourer ce qui est réussi, nous devrions nous efforcer de valoriser leurs atouts.

Comment les faire progresser alors ?

Grâce à la confiance que cela va leur procurer de savoir qu'ils ont des forces dans d'autres domaines.

Lorsqu'on se sent compétent et encouragé, on se sent plus capable de dépasser ses difficultés et de s'améliorer. A l'inverse si seules nos lacunes sont soulignées, on se sent nul et on a le sentiment qu'on n'y arrivera jamais (en tant que parent, vous devez comprendre de quoi je parle !).

A la maison, je laisse les enfants faire eux-mêmes leur correction. Après une dictée avec ma fille de 8 ans, je lui demande de vérifier en comparer ce qu'elle a écrit avec le livre. Pour d'autres exercices, je leur fais un signe à côté de l'endroit où ils se sont trompés pour leur laisser la capacité de trouver et rectifier eux mêmes leurs erreurs. Cela contribue à leur donner confiance en eux et à ne pas redouter de se tromper.

Voir les qualités de ses défauts

Ainsi, tournez ce que vous interprétez comme un défaut en qualité. On dira d'un enfant qui touche à tout qu'il est très curieux, de celui qui casse les jouets en les détournant qu'il est très inventif (du vécu!), un autre qui n'en fait qu'à sa tête fait preuve d'indépendance...etc. Vous avez compris le principe.

Valoriser la réussite dans tous les domaines

Il est nécessaire de changer notre vision de la réussite (scolaire, sociale) telle qu'elle nous a été inculquée. Valorisez les activités où l'enfant excelle même si elles ne sont pas scolaires et vous semblent inutiles (par exemple son adresse à un jeu vidéo, sa mémoire pour se rappeler tous les joueurs de foot ou les équipes du monde). Tirez parti des habiletés que les enfants développent à travers leurs hobbies.

Favoriser le succès

Si la tâche semble trop difficile, rappeler à votre enfant que l'erreur est une formidable occasion d'apprendre etdécomposer la en étapes.

Comme avec les tout-petits qui apprennent les gestes du quotidien. Pour s'habiller par exemple, ils apprendront d'abord à mettre leur manteau, puis le pantalon, les chaussures et un jour ils mettront chaussettes et tee shirt seuls. Ils sont tellement heureux de se sentir capables à chaque nouvelle étape. De la même manière, placez vos enfants en conditions de succès jusqu'à atteindre l'objectif. Ainsi, ils ne seront pas découragés par l'ampleur de la tâche ni l'échec et seront au contraire galvanisés pour aller plus loin.

 

Pour terminer, voici une phrase tirée du livre qu'il me semble important de garder dans un coin de la tête :

"Ne craignez pas que [votre enfant] devienne orgueilleux; les orgueillez manquent souvent de confiance en eux."

 

Pour aller plus loin:

La méthode du stylo vert

Des pistes pour corriger les erreurs avec bienveillance

Apprendre Autrement avec la Pédagogie Positive de Audrey Anouck et Isabelle Pailleau

L'Élément : Quand trouver sa voie peut tout changer ! de Ken Robinson

 

 

 

 

 

 

Publié dans Eduquer autrement
Chaque mercredi, je vous donne rendez-vous pour découvrir une  nouvelle règle du livre Les 50 règles d'or de l'éducation positive . Venez en discuter sur la page facebook!

Règle n°1: Oubliez le mythe du parent parfait

Nous sommes tous de bons parents (imparfaits!)

Avant d'aller plus loin, il faut au préalable intégrer ce postulat de base: il n'y a pas de modèle de bon parent.

Nous le sommes tous à notre façon car chaque situation est unique. Nous sommes tous différents et ce qui marche pour certains ne marche pour les autres (parents comme enfants).

Je sais, ça parait simple comme idée. Rien de nouveau me direz vous. Et pourtant.

mère parfaite

Nous sommes nombreux à continuer de courir après la perfection. Dur d'abandonner l'idée que nous ne serons jamais la mère ou le père que nous rêvons d'être ou d'admettre que la copine n'est pas forcément meilleure que nous.

Nous avons tendance à focaliser sur ce que nous pensons râter plutôt que sur ce que nous faisons de chouette (comme par exemple s'intéresser à l'éducation positive ^^). Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, car cela traduit une volonté de donner nous améliorer le meilleur de nous même à nos enfants mais quelle pression!! Et c'est cette pression qui au final vient nous gâcher la vie. A vouloir toujours que tout soit au top, on craque et on fait n'importe quoi. Du coup on culpabilise et on se promet de faire mieux la prochaine fois. Et hop, la pression est de retour, encore plus forte.

Commencer la bieveillance avec soi-même

STOOOOOOOOOOOOOOOP !!! On se fait un câlin et on se félicite de faire de notre mieux. On s'encourage pour la prochaine fois sans exiger un résultat.

nés pour être heureux et non pas parfaits

Quête du bonheur et quête de perfection font rarement bon ménage. Alors soyons vrais, soyons faillibles; cela rendra service à nos enfants.  Quel modèle écrasant et culpabilisant serions pour eux si nous leur cachons nos erreurs, nos échecs et par la même occasion notre volonté de perséverer malgré tout ? Comment vont-il se construire en acceptant ce qu'ils sont, si papa ou maman a toujours mieux réussi? Cette pression que nous nous imposons, nous risquons de leur transmettre Si nous souhaitons leur apprendre la compassion avec eux-même et les autres il faut que nous en soyons d'abord un exemple avec nous-mêmes.

Alors avant de passer à la suite, on se détend et on se répète qu'on est un parent pas parfait et que c'est une chance pour nos enfants.

 

Chaque mercredi, je vous donne rendez-vous sur la page facebookpour découvrir une nouvelle règle du livre Les 50 règles d'Or de l'éducation positive.

Pour aller plus loin:

 Il n'y a pas de parent parfait de Isabelle Filliozat

 

Publié dans Eduquer autrement

J'ai fait une heureuse découverte lors de mon dernier passage en librairie. J'ai trouvé le guide de survie du parent positif qui me sera d'une aide précieuse dans les moments de crise (ou après).

Son vrai petit nom, c'est Les 50 règles d'or de l'éducation positive par Bénédicte Péribère et Solenne Roland-Riché

50 regles education positive 3

A première vue, je me suis dit "oué bof, que des trucs que j'ai déjà lu et relu". Rien de nouveau qui allait changer ma vie de maman en somme.

Puis à y réfléchir, la présentation sous forme de petites règles comme dans le manuel du parfait jedi, est plutôt maline. Surtout pour les parents déjà renseignés sur la question justement car ça permet de prendre des petites piqûres de rappel en quelques minutes de lecture. Pour les autres, cela donne un aperçu facile à parcourir des points essentiels d'une éducation "autrement", qu'il faudra appronfondir par la suite si vous souhaitez en savoir plus. D'ailleurs le livre est parsemé de références pour aller plus loin.

Pourquoi j'aime :

Le petit format

Le livre mesure 13x10 cm. Même pas une carte porstale. Ca permet de l'avoir toujours a portée de la main. La présentation sous forme de règles d'or facilite la recherche dans le sommaire quand on a besoin de lire un sujet précis, et l'aspect condensé ne demande pas beaucoup de disponibilité. On peut faire sa lecture en attendant que l'eau bout, pendant qu'on bout soi même (en plus ça nous fera prendre du recul), en attendant devant l'école, entre deux stations de métro... bref vous avez compris, c'est pratique !

50 regles education positive 1

Qui dit petit format, dit aussi petit prix

3,95 € (sans les 5% de réduction), on ne peut pas dire que le coût soit un frein à l'achat ! En gros, vous n'avez pas grand chose à perdre à essayer.

Pour qui ?

Pour tous les parents !

Pour les futurs parents: Le petit complèment idéal d'un cadeau de naissance (les parents reçoivent bien le livret de parentalité!).

Pour ceux qui sont déjà sensibles à l'éducation bienveillante et qui galèrent pour l'appliquer en toutes circonstances.

Pour ceux qui s'intéressent à la question mais qui n'ont pas le courage/temps de lire un livre traitant de la question ou tout simplement ne savent pas par lequel commencer (il y en a tellement maintenant!). Ce petit livre sera une bonne entrée en matière.

Et si vous voulez y aller à petit pas en discutant avec d'autres parents, je vous propose un rendez-vous chaque semaine pour découvrir une nouvelle règle du livre. Rendez vous demain sur la page facebook pour découvrir la première.

Pour aller plus loin:

 La discipline positive de Jane Nelsen: des ressources pour ne pas confondre éducation bienveillante et laxisme.

 

Publié dans Eduquer autrement
couches lavables

Envie de vous lancer mais vous ne savez pas par où commencer ? Nos fiches conseils vous aideront à y voir plus clair...

Fiche conseil sur les couches lavables

A découvrir bientôt

Fiche conseil sur le portage de nos enfants

A découvrir bientôt

Fiche conseil sur les repas végétariens